Quiz


… FAUX …

Il s’agit d’une adaptation aux changements de mode de vie des habitants. En sept ans, la collecte du verre a diminué de
près de 21%. Les bacs de tri étant mixtes (1/3 verre et 2/3 tri sélectif), la collecte du verre était surdimensionnée par rapport aux usages
réels des habitants. De fait, les coûts de collecte du verre étaient de plus en plus élevés. Ce constat a amené 80% des
collectivités françaises à s’équiper de points d’apport volontaire pour le verre.


… VRAI et FAUX …

200 points d’apport volontaire sont installés sur l’ensemble du territoire. Les emplacements stratégiques
ont été choisis par les élus municipaux (ni trop loin, ni trop proches des habitations). Leur installation permet d’éviter que près de
40 000 bacs ne soient sortis sur les trottoirs chaque semaine.


… FAUX …

Tous les points d’apport volontaire sont équipés de dispositifs à deux hauteurs, facile d’accès, afin de garantir que tous les
habitants, sans exception, puissent y accéder. Certains points d’apport volontaire sont placés à proximité des supermarchés afin
de limiter les déplacements des personnes âgées qui peuvent ainsi déposer leur verre en effectuant leurs achats.


… VRAI et FAUX …

La dépose de verre peut engendrer des nuisances sonores. Cela dit, le passage d’un camion ramassant du verre
chaque semaine, entre 5h du matin et 22h est synonyme de pollution sonore. Pour réduire les potentielles nuisances, de
nombreuses mesures ont été prises : les points d’apport volontaire installés sont équipés d’un isolant phonique. De plus,
déposer son verre la nuit n’est pas autorisé. Enfin, chaque colonne est équipée d’une sonde pour alerter les services de collecte
dès que les équipements sont remplis afin d’éviter tout risque de débordement.